Print

Print


Si tu vas √  Cuba, emporte un livre", demandent les opposants

LE MONDE | 24.07.03 | 13h26
A Cuba, la passion de la lecture peut être dangereuse. Lors de la vague de
r√©pression du mois d'avril, vingt-deux biblioth√®ques ind√©pendantes, assimil√©es √
des entreprises de subversion, ont été démantelées. Parmi les quatorze
bibliothécaires bénévoles arrêtés, José Garcia Paneque a été condamné à vingt-quatre
ans de prison.

Ce qui n'a pas empêché la bibliothèque Liberté et Démocratie d'ouvrir ses
portes au public, lundi 21 juillet, dans un domicile particulier du Reparto
Avila, dans la province de Camag√ľey, avec trois cents livres.

Malgré le coup subi, les bibliothèques "à domicile" continuent à travailler
au vu et au su de tout le monde (<A HREF="http://www.bibliocuba.org/">
www.bibliocuba.org</A>). L'adresse et les noms des responsables de Liberté et
Démocratie se trouvent ainsi sur le site Web de l'agence non officielle Cubanet.

L'un des initiateurs du mouvement, Ramon Humberto Colas, de passage √  Paris,
en rappelle le point de d√©part. "Lors de la Foire internationale du livre, √
La Havane, en 1998, Fidel Castro déclare : à Cuba, il n'y a pas de livres
interdits, c'est l'argent pour les acheter qui nous manque." Berta Mexidor et Ramon
Colas décident alors de prendre le Lider Maximo au mot en créant la première
bibliothèque publique à domicile, à Las Tunas, sous les auspices du Père Félix
Varela, l'un des ma√ģtres √  penser du XIXe si√®cle cubain. En peu de temps, la
maison attire 1 500 personnes. M. Garcia Paneque a été le premier lecteur,
avant de payer ch√®rement le go√Ľt de partager la lecture.

TROUVER DES APPUIS EN EUROPE

"Lire est un droit", rappelle Ramon Colas, qui insiste sur une des conditions
requises par les animateurs du projet : "Il ne faut absolument pas cacher la
bibliothèque, tout doit être visible." Les Cubains de l'exil qui visitent leur
famille, des touristes et quelques ambassades - Etats-Unis, Pays-Bas,
Espagne, République Tchèque, Suède -, enrichissent les étagères avec des éditions en
espagnol. Les quotidiens madrilènes El Pais, El Mundo ou ABC, ainsi que El
Nuevo Heraldo (Miami Herald) attirent des lecteurs soumis √  la langue de bois de
Granma, l'organe du parti unique.

Naguère, le film cubain Fraise et chocolat montrait que les livres du
Péruvien Mario Vargas Llosa, ayant rompu avec le castrisme, devaient circuler sous le
manteau... Dix ans plus tard, la situation n'a pas beaucoup changé. Les
écrivains exilés, dont les noms ont été longtemps bannis des ouvrages de référence
comme le Dictionnaire de la littérature cubaine, ont droit aux hommages
posthumes ou aux éditions à tirage réduit, comme l'admirable El Monte de
l'anthropologue Lydia Cabrera (qui vient d'être traduit en français sous le titre La
Forêt et les Dieux, éd. Jean-Michel Place). Le romancier Guillermo Cabrera Infante
reste la bête noire des inquisiteurs.

Désormais chercheur à l'université de Miami, Ramon Colas est venu en Europe
pour trouver des appuis. "Si tu vas √  Cuba, emporte un livre", demande-t-il aux
voyageurs. Reçu au Quai d'Orsay, il a sollicité des donations de classiques
français et de la formation pour les bibliothécaires indépendants. A la suite
d'une directive de l'Union européenne, les autorités françaises ont réorienté
leur coopération et arrêtent la formation octroyée à la police cubaine. La
flamboyante diplomatie française ira-t-elle jusqu'à soutenir les embryons d'une
soci√©t√© civile, √  former des biblioth√©caires plut√īt que des policiers ?

Paulo A. Paranagua


‚ÄĘ ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 25.07.03